Florès : itinéraire et récit de voyages

BALI – MAUMERE – KOKA BEACH – MONI

Nous avions déjà découvert l’Indonésie pendant notre voyage de noces, il y a quelques années et nous avions été emerveillés par cette expérience. A l’époque, nous avions parcouru les îles de Java, Bali et Lombok pour un condensé d’aventures et de paysages paradisiaques. A travers les plaines verdoyantes et les volcans javanais, au cœur des rizières balinaises jusqu’aux plages immaculées de Lombok, notre premier aperçu nous a ouvert l’appétit et nous étions décidés à repartir à l’assaut d’une nouvelle partie de l’Indonésie.

Très rapidement note choix s’est portée sur l’île de Flores : facile d’accès, relativement préservée des touristes, idéale pour un séjour de moins de deux semaines et offrant des paysages à couper le souffle.

Notre itinéraire s’est construit naturellement autour de la traversée d’Est en Ouest de l’île, depuis Maumere, ville de notre arrivée jusqu’à Labuan Bajo. Ces deux villes ont des aéroports avec des vols réguliers vers Bali.

Jour 1 : Arrivée sur Bali

Afin de pouvoir prendre un avion sans courir partout, nous avons décidé de rester une nuit sur Bali. Le sud balinais n’est vraiment pas notre tasse de thé. C’est surpeuplé, c’est pollué, c’est assez vilain. C’est un peu ce qu’il y  a de pire à Bali : des stations balnéaires sur-bondées de touristes assez peu délicats  et une urbanisation effrénée. D’autant que les plages ne sont pas belles : un sable pas fin, poussiéreux, une mer de plastique. Nous avons logés dans un hôtel à taille humaine, très mignon et avec des petites huttes : le Kubu Kak Dudung (environ 390K Rp / nuit). Excellent rapport qualité-prix et parfaite étape lorsqu’on est en transit, l’hôtel se situe à une vingtaine de minutes de l’aéroport international de Denpasar.

Autre subtilité – et ce que nous n’aimons pas à Bali – c’est ce sentiment de se faire plumer à chaque instant. Pour trouver un taxi bleu (taxi métrique), il faut mener un véritable parcours de combattant afin de pouvoir trouver les véhicules qui sont cachés dans une partie de l’aéroport. Nous avons été obligés de marcher des centaines de mètres avec nos sacs sous une chaleur écrasante et avons arrêté un taxi Blue Bird en plein milieu d’un rond-point. Le trajet nous a coûté à peine 80K Rp lorsque les véhicules de l’aéroport en demande plus du double voire du triple ! D’ailleurs, il n’est pas rare à Bali de voir des zones entières interdites des taxis blue bird, ce qui contraint ainsi les touristes à user de ces taxis hors de prix.#businessisbusiness

A notre retour de Labuan Bajo, nous avons pris un hôtel pour passer nos dernières nuits dans une petite structure ravissante au sud de Jimbaran, à Cengiling. La propriété Le Yanandra est assez reculée (à moins de dix minutes à pied d’une plage qui n’offre absolument aucun intérêt) mais avec un très beau jardin balinais et des bungalows charmants.

Prix d’un bungalow standard de 30 m2 : 1,1 million de Rp avec petits-déjeuners

Jour 2 : Départ vers Maumere

Après un vol de deux heures, nous atterrissons à l’aéroport de Maumere et prenons le transfert que nous avions réserver auprès de notre hôtel. Sur la route de l’hôtel, nous nous imprégnons rapidement de ce que nous aimons lors de notre arrivée dans une nouvelle région. La vie locale sur le bord de la route, cette chaleur éreintante, cette côte déserte et les hautes montagnes dont le Gunung Egon, culminant à 1703 mètres.

L’hôtel que nous avons choisi était une petite propriété appartenant à une équipe charmante, unn vrai petit paradis. Bungalows spacieux,, jolie déco, tout confort. Ils avaient mis littéralement les petits plats dans les grands offrant une cuisine absolument délicieuse et mettant à disposition stand up paddle et tout l’équipement snorkeling sur sa plage privée. C’est d’ailleurs auprès de l’hôtel Amrita que nous avons réservé notre excursion du lendemain : notre balade vers les îles de Babi et Pangabatang.

Jour 3 : Excursion sur Babi & Pangabatang Islands

Situé à une quarantaine de minutes de l’hôtel Amrita (à une heure environ de la ville de Maumere), le petit port de pêcheur sera le lieu idéal pour trouver un bateau pour votre découverte marine de la journée. Cela vous en coûtera environ 600K Rp pour la location du bateau (en privatisation) et le transfert jusqu’au port.

La baie que vous traversez est absolument incroyable. Probablement l’une des plus belles que nous ayons eu la chance de découvrir. Nous étions l’unique bateau de la journée dans la baie et avons eu le privilège de la solitude ultime. Seule notre bicoque de bois au moteur vétuste se faisait entendre dans ce décor de rêve.

Il faut l’avouer, il faut être patient car le long bateau de bois avance très lentement et est extrêmement bruyant, mais la balade vaut le détour. Nous nous arrêtons à plusieurs endroits pour pouvoir nous baigner, découvrir les fonds marins qui sont splendides, et nous balader sur les bancs de sables. Notre guide de la journée, bien qu’ayant un anglais rudimentaire, décide de nous accompagner lors de nos balades en mer ou sur les bancs de sable. Il nous révèle toute la beauté des coraux, coquillages et autres spécimens locaux.

Nous avons terminé notre journée sur l’île de Babi où se trouve un petit village comptant quelques âmes vivant dans des conditions extrêmement précaires. L’histoire de ce village de taule est dramatique car l’île a connu un tsunami meurtrier en 1992 ravageant les habitations et tuant 263 des 700 habitants.

Jour 4 : Maumere – Moni

Il est temps de quitter la côte pour rentrer dans les terres et parcourir la Transflores. Sur la route, arrêtez-vous sur la Koka Beach pour quelques heures. Vous arriverez sur deux plages magnifiques après avoir descendu une route accidentée à travers les champs de cacaotiers. Vous avez la possibilité de monter un promontoire rocheux afin d’avoir une vue d’ensemble sur les lieux (accès payant à la plage de 30K Rp et 5K Rp pour le promontoire). Inutile de dire que cela vaut le coup, la vue est à couper le souffle!

Prenez votre temps, baignez-vous dans cette magnifique crique. Quelques petites échoppes sont situées sur l’entrée des plages pour boire un coup ou manger quelques fruits.

Arrivés au village de Moni, nous vous conseillons une petite marche afin d’accéder à des chutes d’eaux. Le village de Moni est niché au cœur d’une vallée verdoyante et au climat plus humide que sur la côte. Nous entrons dans les hauteurs de Florès et la fraicheur gagne du terrain.

Notre auberge, le Palm Bungalow, est rudimentaire, il s’agit d’un ensemble de cahutes en bois avec un lit et une salle d’eau (que nous n’utiliserons pas). L’accueil est chaleureux, le confort est plutôt rudimentaire et l’ambiance est relax avec les différents clients de l’auberge (135K Rp la nuit).

Jour 5 : A l’assaut du volcan Kelimutu

Réveil matinal pour notre début d’excursion, car nous partons sur les coups de 4H30 pour accéder au volcan. Nous avons failli ne pas le découvrir d’ailleurs car nous avons dû essayer de deviner le ronflement de notre chauffeur dans les différentes cabanes de notre auberge car il n’avait pas mis de réveil. Ah sacré Petrus (c’est son petit nom) !

Il faudra une quarantaine de minutes avant d’arriver au sommet du volcan, à travers une campagne déserte, humide et recouverte d’un épais brouillard. L’idée d’un lever de soleil majestueux s’éloigne un peu plus à chaque seconde car nous avons même de la pluie sur la route.

Le circuit est court pour accéder à l’observatoire, car c’est en 20 minutes dans la nuit noire que nous accédons au bout de piste. Et là, l’attente d’un moment unique commence… Les lumières sont jolies, l’ambiance est mystique, ce n’est clairement pas un lieu pour avoir un magnifique lever de soleil tel que nous l’avons vécu à Bromo sur Java.

Le site est connu principalement pour ses trois lacs de cratères aux couleurs intenses et changeantes. Les habitants de la région sont majoritairement catholiques mais ont conservé des croyances animistes ancestrales et ont structuré des légendes autour de ces lacs. Le premier lac est celui des « gens âgés » de couleur noire ; le deuxième « le lac des jeunes hommes et jeunes filles » d’un bleu turquoise intense ; le dernier « le lac enchanté » brun. Selon les habitants, les lacs sont les derniers refuges des âmes des morts qui doivent passer devant le gardien des portes de l’Esprit, Konde Ratu. C’est ce dernier qui décidera où les âmes doivent se rendre, vers le lac des plus jeunes, le lac ancien ou le lac des âmes malfaisantes.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s