Indonésie : Généralités

Saviez-vous que l’Indonésie comptait plus de 16 056 îles ? Et que moins de mille d’entre elles sont régulièrement habitées ? L’insularité fait partie de l’identité même de l’Indonésie, et à chaque île sa particularité : des paysages variés, des religions et spiritualités éclectiques, des peuples et identités multiples…

QUAND PARTIR ?

La meilleure saison serait entre mai et septembre, là où la saison est la plus sèche même si nous avons connu de fortes pluies lors de nos visites en juin 2017 et 2019. Certains rapportent que les mois de décembre et janvier seraient les plus pluvieux et pourtant il est de plus en plus fréquent d’avoir de belles journées ensoleillées.

Comme disent nos anciens : « Il n’y a plus de saison« . Et c’est peu dire dans le domaine du tourisme. Alors que la saisonnalité de l’Indonésie s’efface peu à peu, nous pouvons conseiller de découvrir les îles à tout moment de l’année.

OÙ ATTERRIR ?

Chaque île possède un ou plusieurs aéroports internationaux :

  • Sumatra : l’aéroport de Medan
  • Java : les aéroports internationaux de Jakarta, Jogjakarta et Surabaya
  • Bali : l’aéroport de Denpasar
  • Lombok : l’aéroport de Lombok Praya
  • Florès : les aéroports de Labuan Bajo et Maumere
  • Sulawesi : l’aéroport de Makassar

QUELLES FORMALITES ?

Rien de plus simple qu’un passeport valable six mois après la date d’entrée. Plus besoin de visa pour tous les séjours touristiques de moins de trente jours et les voyageurs arrivant dans les aéroports « autorisés » (soit la majorité des aéroports principaux du pays).

Côté santé, pas de vaccin obligatoire mais une forte recommandation pour l’Hépatite A et B et la fièvre typhoïde. Il faut également rester attentif au paludisme selon les zones que vous visitez (sauf Bali, préservée du paludisme).

QUELLE HEURE EST-IL ?

Le décalage horaire varie entre 7H à Sumatra et Java, 8H à Bali et Lombok et 9H en Indonésie orientale.

FLORèS : QUEL ITINERAIRE ?

Nous avons choisi pour notre aventure sur l’île de Flores, un itinéraire d’est en ouest, mélangeant une découverte côtière et nature intérieure sur une semaine à travers la Transflores entre Maumere et Labuan Bajo et une semaine de repos balnéaire.

QUELLE HISTOIRE ?

Décrire l’Histoire de ce pays serait extrêmement complexe car l’Indonésie a connu tant de rebondissements dans son développement. Dans sa lointaine préhistoire, l’Indonésie a abrité quelques uns des plus beaux spécimens d’homo erectus, l’homme de Java, qui y vivaient il y a plus de deux millions d’années et de l’homme de Florès, l’homo floresiensis, espèce éteinte du genre Homo pas plus grand d’1m10.

La religion musulmane a également un rôle majeur dans la construction de l’identité indonésienne. Initialement bouddhiste et hindouiste, en attestent l’incroyable temple bouddhiste de Borobudur et le temple hindouiste de Prambanan situés à quelques kilomètres de Jogjakarta, les îles se sont peu à peu converties à l’islam grâce à l’arrivée des marchands venus de Perse, d’Inde et de Chine. C’est ainsi qu’on observa une conversion frénétique à partir du XIIIè siècle grignotant peu à peu l’intégralité du territoire de l’archipel, à l’exception de Bali fier bastion hindouiste aujourd’hui encore.

Puis l’Ancien monde a envahi les terres d’Indonésie pour prendre le contrôle de ses incroyables produits (noix de muscade, clou de girofle et épices en tous genres…). D’abord les Portugais au XVIè siècle puis rapidement chassés par les Hollandais au début du XVIIè siècle. Cette emprise durera jusqu’à la fin des années 1940. C’est très intéressant de se pencher sur l’étude de la langue indonésienne, le bahasa qui est basée sur le malais et emprunte quelques mots du néerlandais : « parkir » (parking), « polisi » (police), « apotek » (pharmacie)…

L’Histoire récente de l’Indonésie a montré des relans de déjà-vu alors que peu de temps après l’indépendance proclamée par Soekarno, des coups d’Etat éclatent pour prendre la main sur le pays. Le général Soeharto, aidé par les Etats-Unis, arrive au pouvoir en 1966 et devint l’énième incarnation d’un despote sanguinaire. Il fomenta la répression des forces communistes par l’organisation des massacres de 500 000 à 3 millions d’individus. Il faudra attendre près de 30 ans pour voir Soeharto quitter le pouvoir (après avoir accumulé une fortune familiale de 40 milliards de dollars).

Ces vingt dernières années, l’Indonésie a tenté de maintenir une position privilégiée sur l’échiquier mondial, même si elle a du faire face à des vagues d’attentats meurtriers (son plus célèbre étant celui de Bali en 2002 tuant plus de 202 personnes) et une crise économique mondiale en 1998 qui ébranla un peu plus son économie chancelante.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s