Escapade à Rochefort-en-Terre et La Gacilly

Nous adorons arpenter les espaces de ce vaste monde mais il y a des territoires plus ancrés en nous. Des chemins qui résonnent ou qui nous happent de toute la puissance et l’énergie qu’ils en dégagent. La Bretagne est ce coin de terre qui vibre davantage dans nos cœurs. Et nous sommes heureux de redécouvrir les merveilles des villages de Rochefort-en-Terre et de la Gacilly. Tous deux situés aux portes du département du Morbihan, ils sont à contre-pied de ce qu’on peut imaginer lorsque l’on évoque la Bretagne. Ici, nous sommes dans les terres des landes bretonnes, entre pitons rocailleux et lierres grimpants sur les façades abimées des maisonnettes typiques. Plongeons dans des siècles d’histoire et tombons sous le charme de ces cités de caractère.

ROCHEFORT-EN-TERRE : la moyenâgeuse

Découvrir le village de Rochefort-en-Terre, c’est replonger dans mille ans d’histoire. Sa fondation remonterait au XIè siècle avec la création de son prieuré par l’un des premiers seigneurs de Rochefort. A compter du XIIè siècle, le village se voit doté d’un imposant château qui sera détruit de maintes reprises, ce lieu devint la résidence des seigneurs de la châtellerie de Rochefort.

L’église Notre-Dame-de-la-Tronchaye

L’édifice catholique est absolument merveilleux. Construit au cours des siècles, l’église connaît une architecture en style gothique flamboyant saisissant de beauté, de richesse et de vibration. La légende raconte que les fondations du bâtiment ont été édifiées à l’endroit même où fût trouvée une statuette de la Vierge Marie allaitant l’Enfant Jésus au cours du XIIè siècle. Sur le parvis est également érigé le Calvaire aux sculptures des scènes de la passion et de la crucifixion.

Le château de Rochefort-en-Terre

Située à l’ouest de la ville, l’entrée principale est matérialisée par un imposant portique en pierre et une allée d’arbres majestueux. Ce lieu a connu plusieurs vies car il a été détruit lors des guerres de la Ligue et une seconde fois en 1793. La construction actuelle, un magnifique manoir qui donnerait preque envie de rendre son bail d’appartement, est construit sur les communs. On doit d’ailleurs sa conception au peintre américain Alfred Klots qui fera l’acquisation de la demeurre en 1907 et entrepris de travaux de grande envergure pour réhabiliter la batisse.

Ce château est également célèbre pour avoir abrité l’une des dernières sorcières de Bretagne, la mystérieuse Naïa. Celle-ci aurait, en effet, élu domicile dans les ruines du château de Rochefort-en-Terre. S’adonnant à la magie, Naïa était capable de lire l’avenir, ne pas ressentir la douleur ou le feu et aurait eu le don d’ubiquité. Et oui, en Bretagne, nous sommes des gentils mystiques. Après tout, la forêt de Brocéliande n’est jamais très loin.

N’hésitez pas à découvrir le parc du château qui offre une vue imprenable sur les toitures du village. De là, redescendez par l’escalier qui vous fait accéder aux ruelles du bourg.

Les maisons centenaires

La superbe maison à Tourelle dotée d’une façade de granit à l’architecture à la fois gothique et de la Renaissance bretonne se trouve à quelques pas de la place du puits. Sur cette place était érigée la guillotine utilisée en 1793 pour l’exécution de trois contre-révolutionnaires. Aujourd’hui, l’endroit concentre l’étendue incroyable de l’architecture de Rochefort-en-Terre. Admirez la belle demeure recouverte de fleurs et les maisons à colombages.

La place des Halles

Place centrale du village, elle regroupe aujourd’hui le bâtiment de la Mairie et de l’Office de Tourisme. C’est d’ailleurs ce dernier bâtiment qui attire notre regard car il prend place dans les anciennes halles de Rochefort-en-Terre bâtie au cours du XVIIème siècle. Foires, marchés, les lieux étaient réservés exclusivement à la fonction économique.

ROCHEFORT-EN-TERRE : la gourmande

N’est pas une véritable découverte sans un aperçu des douceurs que nous pouvons dévorer dans une ville ! Ici, nous avons toujours plaisir de déguster des galettes et crêpes exceptionnelles à la crêperie La Petite Bretonne. Le service y est soigné et bienveillant. Un couple tient les rênes de cette crêperie d’antan. Nous pensons qu’il s’agit là d’une des meilleures pates à crêpes et galettes que nous ayons eu à déguster (et ne sous-estimez pas notre expérience !). Les prix pratiqués sont raisonnables.

A quelques mètres de la place St-Michel, nous craquons pour les douceurs sucrées des Pralines de Rochefort-en-Terre. Cette petite boutique propose un choix important de pralines à la fleur de sel : cacahuètes, amandes, noix de cajou, noix de pécan etc… Il n’y a vraiment pas de mal à se faire plaisir, et en plus on peut en déguster quelques unes.  

Kouign-Amann addict ? Nous avons dégoté les meilleurs kouign-amanns de toute la région, rien que ça ! La boutique Le Puits des Gourmandises (quel joli nom !) est située sur la place du puits et propose à bord de sa petite carriole un choix de kouign-amanns, fars bretons aux pruneaux ou pommes, à faire céder le plus téméraire !

LA GACILLY : La ville des soins et de la photo

A la frontière du Morbihan et de l’Ille-et-Vilaine, il faut une vingtaine de minutes pour rejoindre La Gacilly depuis le village de Rochefort-en-Terre. Si la ville vous dit quelque chose c’est principalement grâce à l’un de ses personnages illustre. En effet, Yves Rocher y est né et a toujours gardé un attachement particulier avec cette ville dont il fut maire pendant près de 46 ans. Yves Rocher et sa famille – car ses trois enfants y travaillent à différents postes de responsabilités – n’est pas seulement un amoureux de la nature, il contribua énormément au développement économique de son village et de son département. Vous pouvez visiter la Maison Yves Rocher rassemblant un musée immersif et un restaurant au bord de l’eau de l’Aff.

Le village est également connu pour son Festival Photo, qui est l’une des plus grandes représentations culturelles européennes en matière de photographie. Initiée en 2003, le Festival Photo La Gacilly a lieu tous les ans entre juin et septembre en plein air et son accès y est entièrement gratuit. Au fil des ans, le circuit s’est affiné, développé, reconstruit pour donner aujourd’hui place à un long tracé aux détours des ruelles colorées du village et sur les bords de l’Aff. Chaque année met en valeur une thématique précise, 2020 est dédiée aux artistes d’Amérique Latine. « Viva Latina » a en effet pris ses quartiers dans la ville du 1er juillet au 31 octobre (calendrier adapté en raison du Covid).

Outre la richesse et la beauté des œuvres exposées, le travail fourni par l’équipe du festival est monumental et diablement positif. Faire accéder le grand public à l’art de manière gratuite est un modèle de société que nous aimerions voir se développer. Le succès est d’ailleurs incontestable car le Festival accueille chaque année entre 280 et 350 000 visiteurs, soit deux fois plus que les Rencontres d’Arles, lui aussi autour du monde de la photographie.

Qu’ils soient traditionnels ou résolument tournés vers le monde et l’ouverture d’esprit, les villages de Rochefort-en-Terre et de la Gacilly nous donnent un aperçu puissant de l’énergie des terres bretonnes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s